Trail des Hautes Fagnes (38km – D+1000m)

« Et alors, c’était mieux que l’eco trail ?  »
C’est par ces mots que Michel m’interpella à la fin de la course …….. comment y répondre simplement ? Disons juste que ces 2 courses sont incomparables ! Le THF est tout simplement magnifique et organisé de mains de maitre par le team Nelles… en plus, le beau temps était de la partie. Quel régal, des courses comme on en redemande !!!

2 semaines après ma performance bruxelloise, c’est avec 2 sorties footing et un max de mal bouffe dans l’estomac que je vais me rendre au THF2013. Mon objectif est de finir au moins sous les 5H tout en essayant de faire moins de 4H30 (avec l’espoir que mes jambes (qui commencent à fatiguer) tiennent la charge). Heureusement que Xhoffraix est assez proche de chez moi, car l’emploi du temps de ce Samedi matin est plutôt chargé et c’est 50 minutes avant le départ que je quitte la maison… une grande nouveauté pour moi qui suis habitué à être sur la ligne de départ plus de 45’avant le lâché des fous. 25 minutes, le temps de quand même assez tranquillement chercher mon dossard et croiser Cédric (avec qui je ferrai encore un bon bout de chemin). Pas de trace de Laurent, dommage car j’aurai bien aimé échanger 2-3 mots avec mon partenaire de galère lors du GTLC :?

Il y a du monde (plus de 500 partant sur la longue distance). C’est donc un assez grand peloton qui s’élance à la conquête des Fagnes. Cette année, pas de problème d’aiguillage à la sortie du parking ;-) Le début se fait sur asphalte, ça commence à descendre. On quitte la route et première difficulté du jour, la descente dans la vallée sur un chemin assez glissant. Ça descend fort, mais ça passe facilement. En bas, j’essaye de suivre Cédric et Christophe (qui s’aventure sur son premier trail … avec 2 gars qui semblent oublier la définition du mot « gérer » … le pauvre, il va le regretter :roll: ). Le rythme est plus élevé que je ne le voudrais, mais tel un idiot qui se respecte, je les suis (pas grave, j’aurai juste dur un peu plus tard :roll: ).

6eme kilomètre, ça commence à monter assez fort et personne ne semble vouloir marcher. « Euh, on se fatigue pas inutilement ici ?  » 100m plus loin je me décide à montrer la voie à suivre et commence à marcher. En haut, je me dis que les chemins étaient bien larges jusqu’ici.

C’est au 7eme kilomètre que les organisateurs ont décidé de nous emmener dans des mono-traces tels qu’on les aime. Après 7km les groupes sont +- formé -> pas de goulot d’étranglement. Super, j’adore, surtout quand on pense qu’on était plus de 500.
Un peu de technique, plein de petites relances, une superbe vue sur la vallée. Le trip(je reviendrai un jour en famille ;-) ). C’est à ce moment que je me dis qu’on vit vraiment dans une superbe région et que Bruxelles n’avait aucune chance de me séduire ;-)

chateau

Le 12eme kilomètre et son ravitaillement sont atteints à 3 et dans la bonne humeur. Il y en a pour tout le monde, sauf que mon coca porte bonheur n’est pas prévu au menu :-( Le temps de remplir mon gobelet d’eau, prendre quelques TUC et quelques bonbons et je repars tranquillement en marchant. Cédric me rejoint et quelques mètres plus loin c’est Christophe qui arrive : « c’est un plaisir de prendre un ravitaillement avec vous, je vous cherchais partout !  » Bin oui, moi j’aime bien prendre tranquillement mon ravito en marchant, çà permet de ne pas s’arrêter trop longtemps (et ne pas vouloir repartir :oops: ).

Km15 : Le parcours est toujours aussi agréable. Pas de réelles difficultés, mais toujours assez technique (beaucoup de racines … merci les sapins). Le profil de l’étape annonce 4km (17 à 21) de montée pour rejoindre le signal de Botrange. Cette montée est assez redoutée dans le groupe. En fait, il s’agira d’un long faux plat dans lequel on aura réussit à maintenir un assez bon rythme 8-)

De l’eau : le rythme est bon quand je vois un ruisseau. Le parcours dessine un léger détour que tout le monde semble prendre : 20m vers un pont. « Tout droit » cri-je à Cédric qui ni une ni deux passe tout droit. Bon bin je dois y aller aussi alors. On se mouillera les pieds 3 fois en 500m … il faut avouer que le dernier était plus dans la continuité non réfléchie car on est passé le long de la passerelle :oops: . « Un trail sans se mouiller les pieds n’est pas un vrai trail » :roll:

IMG_3699 blogLors du ravitaillement du 21eme, on apprend qu’il reste 500m de faux plat puis que c’est plat … la gueule du plat … on est dans les Fagnes ! 6km assez dur (surtout mentalement) nous attendent. Au milieu des Fagnes, le sol est difficile. Cédric est parti comme une balle. Je maintiens la distance (environ 100m et 2 coureurs) Changement de profil, un sol plus facile avec quand même quelques pièges (attention les chevilles). J’en profite pour revenir au train sur Cédric, et même repasser devant l’espace de plusieurs lignes droites interminables, heureusement qu’on est en légère descente. Je m’accroche, mais commence à avoir difficile.

27eme : le parcours devient moins éprouvant psychologiquement avec des passages dans les bois (attention aux racines :shock: ) et sur caillebotis. Passage fort varié et agréable que je n’ai pas vu passé avant d’arriver indemne à 2 au ravitaillement du 31ème.

Les caillebotis : sentiers de randonnée en bois typique des Fagnes qui auront vu nos 2 acrobaties du jour :
- Tout d’abord, suite à un virage un peu trop rapide et large, Cédric se voit obligé se sauter hors du caillebotis … heureusement, à cet endroit, il n’était pas trop haut et les abords étaient praticables.
- Ensuite, entre deux zones de caillebotis, je dépasse un coureur « moins technique » en passant par la boue … juste avant de remonter sur la passerelle (et oui une petite bosse m’empêchait d’anticiper, ca fait partie des plaisirs du trail) qui en plus descend et est déjà recouverte de boue à cet endroit. Résultat, je pars en glissade qui heureusement sera plus ou moins contrôlée … non sans provoquer l’admiration des promeneurs flamands présents 8-) Note pour plus tard, faire gaffe, le bois mouillé et recouvert de boue, ca glisse :roll:

7 kilomètres, 2 belles bosses et 2 vallée assez technique nous séparent de l’arrivée.

IMG_3995 blogUn peu de relance durant lesquelles je me retrouverais seul, suivi d’une belle descente (avec quelques passages sur schistes) puis le mur du 33ème. Du costaud. Ca fait 26 kilomètres qu’on était sur du roulant. Cette marche forcée de un peu plus de 500m aura réussit à me faire littéralement exploser… encore 4 km et un cote… Courage
Je n’avance plus et, lors de la traversée de Mont, je me fait décrocher par le coureur que j’avais rattrapé dans le mur précédant. Une belle descente suit (« Euh, il va falloir remonter tout ca après ? » :-( ) En bas, de nouveau un chemin fait de multiples relances… bien agréables quand … il reste un peu de jus. Tout le monde a la tête basse et j’arrive quand même à dépasser 4 personnes dans la dernière montée.

800m puis l’arrivée : C’est dur et avec l’énergie du désespoir que je trottine jusque la ligne d’arrivée : 4H24, au final, j’ai plutôt bien tenu la charge et pû rentrer en moins de 4H30 8-)
Voilà mon long périple sur ce si beau parcours si bien dessiné et organisé ! Franchement bravo pour l’organisation sans faille (et à 5€ la course avec un gobelet souvenir hein ;-) )

39 result

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>