Les Pierres du Diable (30 km D+1000m)

Le Boxing day, c’est, au foot, le fait de jouer des matchs de championnat entre les fêtes de Noel et le réveillon de la St sylvestre. C’est un peu dans cette optique que je me suis décidé à faire une course entre les fêtes. Le choix s’est porté sur les pierres du diable. Un trail nocturne de 30km avec un D+ de 1000m. Quitte à courir entre les fêtes, autant que ça me fasse éliminer les premiers excès de décembre :oops:

Début décembre, plus de 20cm de neige couvre le sol de nos hauteurs belge. Petites inquiétudes pour l’organisation car le final de la course se fait est l’ascension de la piste de ski alpin de la Fraiture. “Surveiller bien vos mail car, si neige il y a, le programme est susceptible de changer jusqu’en dernière minute.” Le diable semble avoir entendu mes volontés, car mi-décembre, c’est le dégel … et quel dégel, 15 jours à pleuvoir non-stop. A ca on ajoute la fonte des neiges, en mode alerte orange, c’est sûr, ce sera boueux… mais je dois avouer que ce fut encore “pire” qu’imaginé au moment de quitter la maison.

16h, j’arrive à la baraque Fraiture, juste le temps de prendre mon dossard, trouver doudoulove et prendre le bus. On se dit qu’on va courir ensemble. Cool, je n’avais pas tellement envie d’être seul en sachant qui traine dans les bois ;-)

Arrivée à Weris vers 17h et départ qq minutes plus tard. On commence par un tour de chauffe de 500m avant de démarrer pour de bon. Ça monte tout de suite, l’eau s’écoule, les gens essayent de sauver leur pieds qq minutes. A la question “combien de temps avant d’avoir les pieds mouillés (Oli et moi-même avons la particularité de partir avec des baskets trouées) ? “, la réponse viendra vite : 500m. Bon on a les pieds mouillés, on peut y aller. Les 3 premiers km sont techniques et assez lent, puis une fois passé le lit du diable, la cassure se fait. Les gens sont partis plutôt vite (faut dire que le plateau est relevé). Le parcours est roulant, mouillé et boueux, mais rien d’insurmontable. On continue notre petit bonhomme de chemin tranquillement pour arriver au premier ravitaillement du km 11 en 1h30.

On est reparti pour 8 km, direction le ravito vin chaud ;-)   Ça monte doucement, on trottine en glissant de plus en plus. On évite de moins en moins les flaques d’eau. Faut dire qu’on a le choix entre 10cm de boue ou 10cm d’eau. Ca redescend, las de la boue, le choix se porte donc sur l’eau … ou plutôt le “on y va tout droit et ne regarde pas ou on court”. C’est amusant, mais usant. Km20, la lampe d’Olivier rend l’âme, c’est con car elle nous éclairait bien tous les deux. C’est donc avec ma lampe de secours (à main) qu’il va finir la course.

Km 19, arrivé au deuxième ravito. Les jambes commencent à être lourdes, mais le moral est bon (surtout pour moi). 1 petit verre de vin chaud plus tard, on est reparti direction les pierres du diable et son ravito pecket/vin chaud.

On ne voit plus grand chose et le terrain devient technique. Passé ce passage, c’est le retour de la boue et la flotte (une légère pluie ne nous aura plus quitté à partir de l’heure de jeu). Olivier n’en peut plus de la boue. Son moral est au plus bas. Petit passage sur la route, en plus ça monte bien. Oli accueille cette portion avec plaisir … et moi un peu moins car les mollets et ischios commencent à se faire douloureux. Virage à gauche et puis me voilà en terrain connu : le terrain d’Odeigne où j’ai joué football pendant 2 ans. Et là, les choses sérieuses vont vraiment commencer. Les pieds trempés à manœuvrer dans la boue depuis 20 bornes, et … première rivière. C’est un torrent, heureusement je vois un pont et son panneau “glissant” : sans déconner ?. Traversée de la rivière très calmement et je me mets à croire qu’on évitera l’eau annoncée sur facebook. Quelques centaines de mètres plus loin, un deuxième passage de rivière. De nouveau un pont est présent. Cool. La joie est de courte durée, de nouveau cette rivière qui repasse. Je ne vois pas de pont et la fatigue me fait ne pas avoir envie de chercher un passage au “sec”. C’est donc tout droit qu’on va remonter les 50m de ruisseau qui se présente devant nous. Profitant pour dépasser un homme singe accroché à un arbre. J’en ai jusqu’au genou. Ca rafraîchit (En fait, je n’en avais pas tellement besoin … pour rappel on est de nuit, fin décembre…). On décide de recourir directement histoire de ne pas trop se refroidir, mais c’est dur. Traversée de la route puis un chemin de 1km sur de la ballasse. Une galère pour moi, mon amie la boue me manque déjà.

On passe au-dessus de l’autoroute et reprenons notre bonhomme de chemin dans … la boue, à glisser tous les pas (pour Oli) ou tous les 10 pas (pour moi). Arrive le 27eme et la gamelle du jour pour Oli. 300m pour s’en remettre que l’odeur de pecket arrive à nos narine. Une super mise en scène à côté des pierres du diable. Ils ont vraiment bien travaillé pour nous. Pas d’eau, juste du vin chaud et du pecket, c’est ce qu’on appelle un ravitaillement du diable. 2 peckets plus tard on repart direction le bas de la piste de ski. Dans le brouillard … je ne sais pas si il est dû au temps, à la fatigue … ou au ravitaillement. Encore un kilomètre de descente dans la boue et l’eau. Je ne lève plus du tout les pieds et même si le brouillard nous a quitté ne vois plus rien (faute à la lampe et la fatigue). Heureusement qu’on a un éclaireur. Oli s’accroche. Entendre la musique de l’arrivée donne du baume au cœur, reste plus que la piste de ski. Là on inverse les rôles, c’est moi qui dois m’accrocher. 10 minutes plus tard on est en haut. Le diable est vaincu en 4h07.

Je ne peux que saluer le super travail de l’organisation. On voit vraiment qu’il s’agit de personnes aimant courir et se décarcassant pour des personnes qui aiment courir. A noter la standing ovation faite au dernier … on est loin des 20 miles de la belle iloise où j’étais arrivé dans l’anonymat le plus complet alors que tout était déjà démonté ! Respect à vous chers organisateurs, votre course est incontestablement mon coup de cœur de l’année !

PS : pour couronner le tout, suite à la tombola, je me retrouve avec l’inscription pour le trail de la Lesse en poche 8)