Semi Marathon de Visé

Comme tout CR qui se respecte, commençons par une « petite » mise en situation.

L’année 2011 devait être l’année du premier marathon. Pour cela, je m’étais inscrit en septembre pour le marathon de Paris … autant visiter une belle ville pendant cette promenade guidée de 4h. Le début de l’année était donc consacrée à la préparation de cette course, quand 3 semaines avant la date fatidique, la catastrophe, une élongation aux ischios de la jambe gauche. Je ne pourrais pas faire Paris :cry: :cry: . Cette blessure me torturera plus de 4 semaines. Des douleurs aux ischios referont même surface la semaine avant Visé.
Comment ne pas m’être entrainé pour rien pendant plus de 2 mois ?  Simple : en m’inscrivant pour un semi. C’est donc 4 heures avant la fin des inscriptions en ligne que je me décide à m’inscrire au semi marathon de Visé.

Nous sommes le 8 mai, il est 8h30 et après une semaine de reflex spray sur les cuisses, c’est moyennement confiant que je décide qu’il est temps de me changer pour aller affronter les 21,100 km qui m’attendent. Petit détour par le fleuriste pour faire un petit cadeau à ma madame et ma maman (fêtes des mères oblige).
Une fois ces détours effectués, j’apprends que mes supporters sont déjà sur place … je ne fait que le semi moi hein. Comme ils sont en avance, autant qu’ils me servent à quelque chose, je les envois donc chercher mon dossard ;-)
Me voilà sur la E25 direction Maastricht (n’oublie pas de sortir avant me dis je), plein soleil, ma voiture m’indique 23° et il n’est que 9h30 … aie, moi qui ai une résistance au soleil bien faible, ca va être dur … c’est là que j’aperçois les marathoniens, en plein cagnard, le long des berges. Et oui, dans 2h ce sera toi. :?

Il est 10h, petit coca à la terrasse d’un café, 500m d’échauffement histoire d’arriver à avancer quand le coup de feu du départ retentira. Durant ce gros échauffement, je croise Stacy et Bob orange et fait la connaissance de Bernardski. Isotonic et Xlben arrivent de l’autre coté. Isotonic me dis qu’il veut faire 1h55. Chouette, on va courir ensemble alors. :-D

11h, la course commence par un petit tour en ville, « 28° » affiche l’enseigne d’une pharmacie. Ça va me plaire tout ca.
Nous quittons la ville, les yeux fixés sur ma montre pour garder un tempo (que j’ai calculé lors de la boucle citadine : je dois garder une allure de 5 :27 au kilomètre pour être dans les temps) et en restant dans la foulée de Isotonic et Xlben.
Km6, on est sur les berges, tout va bien, on discute (un peu trop), fait un peu plus connaissance avec mes 2 complices de début de course.
Km8, Xlben décroche, on n’est plus que 2 :-(
Km10, je dis à Isotonic que je commence à avoir les jambes lourdes, il me répond que lui est bien … salaud, je vais donc prendre sur moi et le suivre … jusqu’à son arrêt pipi. De mon coté, je continue en ralentissant le rythme dans l’espoir qu’il revienne vite sur moi. Ce sera chose faite après le ravitaillement.
Km12 Enfin mon collègue de course m’avoue qu’il commence à être juste (qu’il paye son retour d’après pause) : je vais tout de suite beaucoup mieux … surtout qu’une charmante demoiselle :shock: :shock: devant nous semble se dévêtir au fur et à mesure que je la matte … euh :oops: … regarde … euh qu’on avance quoi :oops: . Est-ce un mirage dû au soleil ? Apparemment non car Isotonic me confirme qu’il voit le même spectacle que moi. Après pas mal d’hésitations, on se décide à la dépasser. :roll:
Km13 : nouvelle silhouette sexy au loin, mais celle là semble en grosse difficulté … effectivement, on rattrape et dépasse la pauvre Stacy à l’agonie. J’essaye de lui remonter le moral, mais je crois qu’elle est trop loin dans la souffrance « Courage copine ! ». On reprend donc notre route, en ayant de plus en plus de mal à tenir le rythme (on tourne à 5 :39). Je sens que ca commence à bien puer pour le 1h55.
Km15 : Voilà que l’on rejoint les marathoniens. Il n’y a pas à dire, ils forcent le respect. On sent vraiment que c’est dur pour eux, ils ont 21km de plus que nous dans les jambes. Au ravitaillement, j’ai vraiment besoin d’un break, j’en profite pour bien boire 3 gobelets d’eau car je sens qu’elle commence à me manquer. Ce petit break me redonne assez d’énergie pour faire la jonction avec Isotonic en 500m. J’ai même une soudaine énergie pour le tirer dans mon sillage.
Km17 : Il est temps de donner tout (le peu quoi) qu’il reste pour tenter de minimum améliorer mon « record » personnel (1 :57 :46). Après une petite discussion avec Isotonic, on en conclu que je vais le tenter tout seul. Il me laisse généreusement une de ses gourdes et tente une accélération … qui durera 2km. Il faut que je boive, je marche donc 100m et me laisse rattraper par mon compagnon de course. 2 petits mots et puis je repars, mon rythme est vraiment saccadé, je résiste, me laisse envouté par les pom pom girls et puis, enfin, la roue est en vue. Il reste 200m, je « sprint » pour les derniers mètres… et ca y est, après 1 :58 :36 de transpiration, je peux ajouter un 5eme semi à mon palmarès ! 8-)

Quelque secondes plus tard, c’est l’arrivée d’Isotonic. Il l’a fait, son premier semi sous les 2h. Je suis doublement content, car y a pas à dire la course à pied et les galères, ca rapproche ;-)

Je rejoins mes supporters qui sont impressionnés par ma performance du jour. Ca fait toujours plaisir. 8-) En suite direction une terrasse pour aller boire 2 petites Leffe de récupération et puis retour au bercail plein de bon souvenirs … rien à faire, être heureux d’avoir souffert, c’est vraiment un sport spécial … et c’est pour cela qu’on l’aime tant :!:   … et que je remettrai çà le 11 juin pour le semi marathon de Luxembourg

Je conclurais ce très long monologue en félicitant tous les participants de toutes les courses du jour, en remerciant toutes les personnes qui ont rendu ce parcours agréable avec leurs encouragements, seaux d’eau et autres attention que je n’ai rencontrées qu’en course à pied.