Jogging de la Nuit de Mai

La deuxième course à mon calendrier est le jogging de la nuit de Mai à Stavelot. Une course de 10km (plutôt 9,600km) composée de 2 boucles vallonnées dans la ville de Stavelot.

Pour mieux comprendre mon état d’esprit lors de cette course et comprendre que tout n’est pas toujours aussi facile qu’on le voudrait, revenons un peu dans le passé. Et plus précisément au moment où je vous avais laissé à la fin de mon premier CR :
Nous sommes le Samedi 17 Avril 2010, il est 17h, je viens de revenir des Crêtes de Spa dans un état assez liquéfié. Une petite bière au soleil pour savourer mon exploit du jour. Fatigué, mais heureux, c’est dans cet état que j’irai dormir.
Le dimanche, tout se passe bien avec un bon barbecue au programme. Mais il parait que c’est 48h après l’effort que c’est le plus dur … et effectivement, le lundi, j’irai travailler en mode vieillard.
Mardi, petit décrassage de 7kms avec plus d’étirements que de course.
Jeudi, çà va déjà beaucoup mieux, du moins c’est ce que je pense. Sorti pour un entrainement un peu plus relevé en vue de ma future course, je pars à un rythme moins décrassage, et les 3 derniers kms devront être fait calmement car j’ai toujours mal aux mollets et cuisses :-( … et il serait bête de se blesser !
Pour Dimanche, j’avais prévu de me tester sur 10km pour pouvoir estimer ma future performance. Mais au vu de ma sortie de Jeudi, je préfère me reposer.
Il en sera ainsi pour toute la semaine suivante.

C’est ainsi que nous arrivons le Vendredi 30 Avril 2010. La course débute à 20h30.
Stavelot étant à 5 minutes de la maison, je quitte vers 19:40. Après la « bataille » du dossard, je rejoins mes fidèles supporters pour accrocher le dossard numéro 500. Une petite photo d’avant course et je peux aller m’échauffer.
20H25, les 500 coureurs sont en place. Il est temps de se demander quels sont mes objectifs et comment je vais gérer cette course. Allez, y a 10km, je me vois mal les faire en 50min. Disons que je « gère » les 7ers kms (jusqu’au point culminant de la boucle) et ferais les 3 derniers en roues libre. Je veux être en dessous de 55min (faut pas mettre la barre trop haut car j’ai encore besoin de ma motivation pour les prochaines sorties).

C’est un peu dans la cohue que le départ est donné. Apres 500m de slalom pour mieux me positionner dans la meute, la course peut enfin commencer.
1.5km et premier jeune qui s’arrête cause de pointe, nous faisons le tour d’un étang avant de gravir la première bosse de la boucle (montée de la rue neuve).
2.5km : Est-ce dû à mon entrainement des Crêtes, mais la montée s’est fait assez facilement. Un gorgée d’eau et on peut redescendre vers la ville.
Km 4 : C’est à peu près à cette distance que se trouve la deuxième difficulté de la boucle : la montée du pré-messire. Il s’agit d’une sorte de faux plat en ligne droite. Celle-ci me fait mal aux jambes. Est-ce que je suis parti trop vite ? En tout cas, je vais un peu ralentir si je veux terminer la course debout.
Km 5 : Premier tour effectué en 29minutes. « Punaise, je suis bien là. Je vais même pouvoir accrocher les 50 minutes » me dis-je.
Km 6 : De retour autour de l’étang, je le contourne en compagnie d’un local de l’étape (au vu des encouragements incessants qu’il reçoit) et il me confirme ce que je pensais : le tour ne fait pas 5km, mais plutôt 4.8km et on est actuellement à une moyenne de 12km/h avant de conclure ensemble qu’il ne nous suffit plus que de gérer le deuxième passage en Rue Neuve et les tripes devraient suffire pour passer la bosse du pré-messire.
Km 7 : jeune coureur inexpérimenté que je suis, je vais me faire porter par les applaudissements dans la montée et oublie mes beaux discours de gestion de l’effort et garde ainsi le rythme dans la côte. Je décroche mon compagnon d’un tour de lac et me retrouve une nouvelle fois sans difficulté au dessus de la bosse. « Y a plus qu’à ».
Km 9 : Ce satané Pré Messire me fera une nouvelle fois mal aux jambes, mais cette fois on y est, il est derrière moi et il ne reste plus qu’a débouler direction l’arrivée : 47’54″.

Génial, même si il manquait qq centaines de mètres, çà veut dire que je tourne en dessous de 50 minutes aux 10 bornes. Cà commence à être intéressant ;-)
Je peux donc commencer à réellement espérer descendre en dessous des 2h dans 2 semaines … mais il faudra absolument que je soigne mes muscles, car j’ai recommencé à ressentir des douleurs lors des 2 derniers kilomètres … et dans 15 jours, il y en aura 11 de plus :-(

Pour conclure, je dirai qu’il s’agit d’une chouette petite course dans une ambiance familiale, et que j’y retournerai surement l’année prochaine !